Jeff Mills

 








Jeff Mills


Jeff Mills Techno Detroit

Né dans la capitale historique de la techno, Jeff Mills fait partie de la même génération que les trois artistes reconnus comme les pionniers de la techno de Détroit : Juan Atkins (né en 1962), Derrick May (né en 1963) et Kevin Saunderson (né en 1964). Contrairement à ceux-ci, Jeff Mills ne commence pas sa carrière en tant que compositeur mais en tant que DJ. Il connaît ainsi une première notoriété dans sa ville natale, en animant sa propre émission musicale sur les stations de radios locales WDRQ et WJLB, préservant son anonymat sous le pseudonyme de « The Wizard » (le sorcier).




Sa carrière de producteur ne commence effectivement qu'en 1988 lorsqu’il se lance dans la production, aux côtés de Anthony Srock, avec lequel il forme le duo Final Cut. Leur musique est dans un premier temps orientée vers la house (Deep Into The Cut, 1989) mais sous l'influence de Chris Connelly (du groupe Finitribe Fame) va évoluer vers une musique plus industrielle. En 1989 Jeff Mills rencontre "Mad Mike" Banks et de cette rencontre naît le label Underground Resistance, officiellement créé en 1990. Jeff Mills a quitté Final Cut et se consacre désormais à la techno.


En 1992, Jeff Mills se détache d'Underground Resistance, qui est déjà devenu un véritable collectif d'artistes très politisé. Il quitte Détroit pour New York et y fonde son label Axis (aujourd'hui installé à Chicago). Il collabore alors régulièrement avec le label allemand Tresor et c'est dans l'Europe des raves que sa carrière internationale prend son envol. Jeff Mills devient une star internationale de la techno, tant pour ses prestations à trois platines mêlant aux musiques électroniques du funk et de la soul que pour son travail de producteur. Des morceaux tels que de Sonic DestroyerThe Bells (réédité en 2019) et la plupart des compositions publiées sur son label Purpose Maker sont ainsi considérés comme des classiques du genre techno.


Jeff Mills Techno DJ

Pourtant, le personnage est plus complexe qu’il n’y paraît et fait preuve d'une ambition artistique qui dépasse le simple cadre de la musique de danse. Si Jeff Mills n’a jamais cessé de produire des maxis destinés aux clubs, cette volonté de toucher un large public s'est toujours accompagnée d'une recherche musicale plus introspective. Ainsi, aux morceaux dansants de son label Purpose Maker répondent les morceaux plus minimalistes et oniriques qui parsèment le catalogue du label Axis.


Ancien étudiant en architecture, passionné de cinéma (2001, l'Odyssée de l'espace (2001: A Space Odyssey) reste pour lui un modèle d’œuvre d’art total), Jeff Mills rend sensible par sa musique son goût pour les structures sonores élaborées ainsi que son attrait pour une musique sinon discursive, du moins fortement imagée. À l'occasion de la composition en 2000 d’une nouvelle bande son pour le film Metropolis de Fritz Lang, Jeff Mills dira vouloir rompre avec son image de simple DJ techno, fût-il une star, pour renouer avec son inspiration première nourrie d’utopie, de pensée futuriste et d’une passion réelle pour les mondes et les scénarios extraordinaires de la science-fiction. Un an plus tard, il conçoit Mono, sculpture-installation dédiée au film de Stanley Kubrick, présentée lors du festival Sónar de Barcelone.



En 2004, Jeff Mills va mettre en suspens sa carrière de simple DJ avec le DVD Exhibitionist, qui présente plusieurs sets de DJ filmés sous différents angles (de face, du dessus et de côté). Cette première approche de la production vidéo se poursuit la même année par l'acquisition d’un tout nouvel outil, le DVJ-X1 commercialisé par Pioneer, platine CD et DVD dédiée aux DJs. Avec cette machine le DJ est ainsi capable de manier à la fois le son mais aussi l'image. Un nouveau domaine de recherche s’ouvre ainsi, concrétisé en 2005 par une commande de MK2 pour la composition d'une nouvelle bande son pour le chef-d’œuvre du muet Les Trois âges (Three Ages), de Buster Keaton. Ce projet sera suivi d'une tournée mondiale, occasion pour Jeff Mills de faire preuve de son tout nouveau talent de VJ.


Jeff Mills DJ

Jeff Mills a participé à l'exposition "Le Futurisme à Paris", présentée au Centre Pompidou du  au , avec une installation audiovisuelle intitulée "Critical Arrangements". Le visiteur se trouve plongé dans une ruche mécanique faite de trois vidéos associées à une création sonore spécialement conçue pour cette exposition, inspirée de la musique bruitiste, rappelant les rouages des machines des industries de Detroit.


Fin 2015, Jeff Mills est présent à l'ADE. 



En 2016, il collabore avec Jean-Michel Jarre à l'occasion de l'album Electronica (volume 2) pour le morceau "The Architect ".


En 2017, Jeff Mills est promu au grade d’officier de l’ordre des Arts et des Lettres. La remise de l’insigne est effectuée par Jack Lang.


En 2020, Jeff Mills relance son alias Millsart avec lequel il était resté silencieux depuis 2003. Un total de cinq disque sortent cette même année.


Jeff Mills Techno Music



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien s'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquer sur Publier enfin.

Le message sera publié après modération.

Voilà : Et un gros MERCI !!!!